Missionnaire au Brésil

La mission dans un pays autre que le tien est impossible sans une autorisation des autorités civiles du pays. Tu as beau être nommé de façon officielle par ta Congrégation, c’est en définitive les autorités civiles du pays où tu es envoyé qui te permettent de faire la mission. Et pour obtenir ce « visa » il faudrait aussi que l’Eglise locale, à travers l’Evêque du lieu où tu vas vivre, t’accepte et t’invite même à venir faire la mission dans le pays. L’Evêque s’engage même à répondre de toi devant les autorités civiles. Quelle responsabilité ! Cela a des conséquences pour la vie et le travail missionnaire concret. Tu ne peux faire ni ce que tu veux ni ce que tu aimes. Tu feras la mission pour laquelle tu as reçu le visa pour entrer dans ce pays. Quelle est donc la mission pour laquelle je suis au Brésil ? Dans sa déclaration et lettre d’invitation officielle, l’évêque de Salvador déclare être de plein accord avec ma venue comme religieux missionnaire pour exercer des activités pastorales comme collaborateur à la Paroisse Sainte Monique, Salvador-Bahia, dans l’archidiocèse de São Salvador. Quelle est cette mission pastorale paroissiale ?

La mission pastorale paroissiale au Brésil à laquelle je vais participer a été assez bien définie. Elle fait partie de la mission en générale des Eglises de l’Amérique Latine. Du 13 au 31 mai 2007 les évêques de l’Amérique Latine et des Caraïbes se sont réunis pendant 19 jours à Aparecida, au Brésil, pour définir l’action évangélisatrice qu’ils veulent suivre. C’était la 5e rencontre de ce genre après celle de Rio de Janeiro (1955), Medellin (1968), Puebla (1979), Santo Domingo (1992). Les documents produits sont très riches. Le Document de Aparecida est celui qui définit la mission actuelle et pour les années à venir de l’Eglise Catholique en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

L’idée essentielle qui je dégage de ma lecture de ce document est que la mission dans cette partie du monde est d’annoncer Jésus Christ, de parler de Jésus Christ, d’aider les gens à le connaître et l’aimer. Il ne faut plus supposer et prendre pour acquis que les gens sont chrétiens. Au contraire, la mission consiste à aider les gens à rencontrer personnellement le Christ. De cette rencontre ils deviendront disciples missionnaires. Il s’agit donc une évangélisation missionnaire. Tout le monde, évêques, prêtres, religieux, laïcs, doit aller à la rencontre des personnes, de façon personnelle, de personne à personne, de maison en maison, de communauté à communauté, pour parler de Jésus Christ et de son évangile, comme l’ont fait les premiers disciples missionnaires de Jésus Christ. Ici en Amérique Latine et dans les Caraïbes, l’Eglise se conçoit en état permanent de mission. Nous parlons de « Mission Continentale ». Cette évangélisation consiste à partir de la personne de Jésus Christ. Toutes les structures ecclésiales doivent être réorganisées pour favoriser une telle mission. Toutes nos activités pastorales ont pour but d’aider les personnes à rencontrer le Christ, à le connaitre et à l’aimer.

A partir de cette orientation générale de la mission de l’Eglise Catholique en Amérique Latine et dans les Caraïbes, l’Eglise du Brésil a défini dans un document ses directives générales de l’action évangélisatrice pour les années à venir, de 2011 à 2015, lors de la 49e Assemblée Général des Evêques du Brésil, à Aparecida, Sao Paulo, du 4 au 13 mai 2011. L’objectif général de nos activités pastorales sera : « Evangéliser, à partir de Jésus Christ et dans la force de l’Esprit Saint, comme Eglise disciple, missionnaire et prophétique, nourrie par la Parole de Dieu et par l’Eucharistie, à la lumière de l’option évangélique préférentielle pour les pauvres, pour que tous aient la vie (Jn10, 10), chemin vers le Royaume définitif. » Pour réaliser cet objectif général l’Eglise du Brésil définit 5 urgences : 1. Que l’Eglise soit en état permanent de mission ; 2. Que l’Eglise soit une maison d’initiation à la vie chrétienne ; 3. Que l’Eglise soit le lieu de l’animation biblique de vie et de pastoral ; 4. Que l’Eglise soit une communauté de communautés ; et 5. Que l’Eglise soit au service de la vie pleine pour tous. Pour l’Eglise du Brésil, le problème fondamental du Brésil actuellement est un changement profond de mentalité qui désoriente complètement les brésiliens. Les brésiliens ont perdu le nord. Ils ont perdu leurs points de réference clairs. Seule la personne du Christ et son évangile peut redonner un sens à la vie des Brésiliens. Nous repondons missionnairement à ce bouleversement par une évangélisation qui consiste à “recommencer à partir de Jésus Christ” qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.

Concrètement, cela signifie se lancer dans les « missions populaires », aller à la rencontre de toutes les personnes partout où elles sont, pour leur parler de Jésus Christ. Développer dans nos paroisses et communautés chrétiennes un processus d’initiation à la vie chrétienne qui conduit à cette rencontre personnelle avec Jésus Christ. Nous devons faire de toutes nos rencontres (de prières, de liturgie, de catéchèse…) une éducation à vivre une vie chrétienne modelée par l’Evangile de Jésus Christ. Notre mission est de donner aux chrétiens le goût de lire et d’étudier la bible de façon personnelle, en groupe, en communauté et même en famille. Nous optons pour des petites communautés chrétiennes vivantes et dynamique dans lesquelles les gens peuvent se sentir en famille et peuvent vivre la fraternité, l’union, la solidarité, le dialogue. Nous devrons investir davantage dans la décentralisation et la sectorisation de la paroisse en petites unités territoriales. La société brésilienne étant très marquée par des inégalités sociales, notre mission est de favoriser la communion entre les disciples de Jésus dans des communautés chrétiennes inclusives. Avec nos différentes communautés chrétiennes installées dans tous les coins de notre milieu de vie nous devrions être capables d’identifier les groupes vulnérables et les situations de souffrance et agir ensemble en faveur de la vie. Le document de l’Eglise du Brésil cite quelques uns de ces groupes dont les populations indigènes et africaines. Mais nous n’allons pas nous perdre dans des considérations générales. Suivant la méthodologie du « voir-juger-agir » que l’Eglise Catholique en Amérique Latine adopte nous nous contenterons de répondre aux situations de souffrances qui existent dans notre réalité de vie. Telle est notre mission au Brésil.

A la fin de la lecture attentive de ces deux documents qui définissent clairement la mission de l’Eglise au Brésil, on peut se demander ce qu’il y a bien de nouveau ? Tous les aspects de la vie de l’Eglise sont abordés. Il n’y a vraiment aucune action évangélisatrice nouvelle et originale. Les 5 urgences résument en fait toute la mission et la vie de l’Eglise. On retient des documents qu’il faut continuer à faire ce qu’on fait avec plus d’ardeur, de zèle missionnaire. En voulant être équilibrés ces documents finalement parlent de tout et manquent d’originalité. Ils risquent de demeurer de la littérature comme beaucoup de documents de l’Eglise. Les paroisses continueront à fonctionner comme d’habitude.

En réalité la « nouveauté » c’est l’esprit avec lequel nous allons animer la paroisse : annoncer, parler de Jésus Christ, le faire connaitre, le faire aimer ; aider les personnes à faire une rencontre personnelle avec le Christ, repartir du Christ. De cela découlera tout le reste : initiation à la vie chrétienne, vie de communion, amour pour la parole de Dieu, action en faveur de la vie pour tous. Le document de l’Eglise du Brésil rappelle que « la conférence de Aparecida nous invite à dépasser une pastorale de simple conservation et maintenance pour assumer une pastorale décidément missionnaire, dans une attitude que, courageusement et prophétiquement, elle a appelé conversion pastorale. » (n.26) Ainsi donc moins d’administration et plus d’évangélisation, plus de prosélytisme ardent. Ne nous perdons pas dans des projets et activités. L’essentiel de notre mission est de rencontrer les personnes et de leur parler de la personne de Jésus Christ. Jésus lui-même se chargera de faire d’eux ses disciples et de les envoyer vers d’autres personnes. Que Dieu bénisse notre mission évangélisatrice au Brésil !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: