Révolutions arabes : et après ?

La révolution politique a eu lieu dans le monde musulman arabe. Les détenteurs du pouvoir politique ont été déchus. Le système démocratique s’est imposé de soi-même avec une multitude de partis politiques et un principe sacré : « celui qui gagne les élections, c’est lui qui dirige le pays ». Ainsi les partis islamistes prennent le pouvoir par des élections démocratiques. Remarquons qu’on a déchu des présidents par des révolutions populaires mais on a donné le pouvoir à des nouveaux individuellement. Des gens révoltés, unis par une même cause, ont risqué leurs vies sur les places publiques pour déchoir des « tout-puissants ». Ces mêmes personnes sont allées aux urnes une à une dans le secret total, pour donner le pouvoir à de nouvelles personnes. C’est la démocratie ! Intéressons-nous à l’avenir du monde musulman postrévolutionnaire.

De toutes les analyses que nous avons lues, nous trouvons celle de l’écrivain marocain Moussa Hormat-Allah la plus originale. Nous utilisons ici l’article publié par l’auteur lui-même en présentation de son livre « L’Occident, L’Islam et la violence » (cf. Nouakchott Info n.2368 du lundi 5 décembre 2011, p.5). Hormat-Allah est connu pour sa critique virulente de l’Occident qu’il étale largement dans ses écrits. Laissons de côté ses critiques excessives. Sa lecture de l’histoire du monde musulman peut faire réfléchir. Il voit y voit 4 moments : 1. La période de l’apostolat du prophète ; 2. La période des califes ; 3. La période de la monarchie et du pouvoir absolu qui va des Omeyyades aux révolutions arabes actuelles ; et 4. Le retour du califat. Il se base sur un Hadith qui serait authentifié par certains érudits: « le Prophète a dit : ‘le début de votre religion, c’est une prophétie et une miséricorde, puis ce sera un califat et de la bonté ; puis ce sera une monarchie et un pouvoir absolu ; puis ce sera (à nouveau) un califat et de la bonté’. » Tout se déroule donc selon la prophétie donnée par le Prophète de l’Islam (Pbsl).

Nous serions donc actuellement vers la fin de la 3e période. Les révolutions populaires dans le monde musulman arabe font tomber les détenteurs du pouvoir absolu. Puisque ces dictateurs étaient au service des intérêts de l’Occident au détriment des intérêts de leurs peuples, ces révolutions devront se diriger maintenant contre l’Occident. L’objectif des partis islamistes qui prennent le pouvoir un peu partout sera de libérer les peuples musulmans de la dépendance « infâme et stérile » d’un Occident judéo-chrétien envahissant et violent qui d’ailleurs est en décadence. Une coopération plus dynamique, équitable et décomplexée devra être envisagée avec la nouvelle puissance mondiale: la Chine. Une fois les révolutions achevées l’objectif sera d’instaurer un nouveau système de gouvernement qui sera « démocratique par la libre expression du suffrage universel » et « conservateur pour l’observance des principes de l’Islam ». Hormat-Allah va plus loin. Il propose « une révolution idéologique » : la création de l’Union Panislamique Mondiale (UPM) pour « restaurer l’unité et la vitalité d’une Oumma divisée et affaiblie ». Tout cela n’est en définitive qu’une préparation pour entrer dans la 4e période : le retour au califat. Il en est convaincu : l’instauration du califat est « inéluctable ». Elle est même « en train de prendre forme », selon lui. Quand cela aura-t-il lieu ? « à une échelle de temps que Dieu seul connaît», répond-il avec prudence.

Ce que Hormat-Allah oublie dans sa réflexion politique c’est qu’une vraie révolution idéologique s’opère à travers ces révolutions arabes : le peuple, ces gens simples, de différentes tribus, clans, castes, et même religion, savent désormais qu’ils ont le pouvoir de faire et défaire les pouvoirs oppressifs par le soulèvement populaire. Tout pouvoir, islamiste ou laïc, monarchique ou républicain, émirale ou califale, qui deviendrait oppressif sera tôt ou tard déchu. C’est dans ce contexte nouveau qu’il faut envisager l’avenir du monde arabe musulman. Le peuple veille désormais, prêt à mourir pour sa liberté et il sait qu’il vaincra, in fine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: