Des nouveaux chemins pour l’Église en Amazonie et pour une écologie intégrale

 Le 15 octobre 2017 le pape François a annoncé qu’en octobre 2019 l’Assemblée Spéciale du Synode des Evêques réfléchira sur des nouveaux chemins pour l’Eglise en Amazonie et pour une écologie intégrale. Le mois d’octobre 2019 a été aussi proclamé Mois Missionnaire Extraordinaire pour “susciter une plus grande prise de conscience de la missio ad gentes et de reprendre avec un nouvel élan la transformation missionnaire de la vie et de la pastorale”.  Heureuse coïncidence car l’Amazonie c’est dans les Amériques le territoire de mission ad gentes par excellence. La “machine” synodale s’est alors mise en route avec ces nombreuses réunions préparatoires. Le Document préparatoire a été approuvé et publié. En tant que Missionnaires d’Afrique, dédiés á la mission ad gentes avec un engagement pour Justice et Paix et l’Intégrité de la Création, et présents dans un des pays du bassin amazonien (le Brésil), nous sommes particulièrement attentifs au résultat de ce synode.  Je vous invite donc, par une série d’articles, á participer aux réflexions de l’Eglise Catholique sur sa présence évangélisatrice dans la forêt amazonienne où vivent plusieurs tribus indigènes, les autochtones des Amériques.

Dans ce premier article je me contente de présenter le Document Préparatoire du Synode de l’Amazonie pour en dégager les enjeux.  D’abord, situons-nous bien.  L’Amazonie, c’est une immense forêt que se partagent 9 pays: Brésil, Bolivie, Colombie, Equateur, Guyane, Pérou, Suriname, Venezuela, et la Guyane Française comme territoire au-delà de la mer et bien d’autres territoires adjacents qui sont influencés directement para le bassin amazonien. l’Amazonie ce n’est pas que de la forêt.  Ce n’est pas que de la biodiversité.  C’est des millions de personnes: d’abord, les autochtones ou peuples ou tribus indigènes, puis les émigrants et les immigrants.  Ce qui fait de l’Amazonie une région multi-ethnique, pluri-culturelle et pluri-religieuse, un miroir de toute l’humanité (Document Préparatoire, 2).  

L’Amazonie traverse une crise profonde á laquelle l’Eglise Catholique veut donner une réponse.  L’action destructrice de l’Homme en Amazonie peut se résumer en : la culture du gaspillage et de la pollution et l’extractivisme ou exploitation abusive des ressources naturelles. Ce qui est en jeu dans ce synode, c’est la vie ou survie des populations amazoniennes. Le Document Préparatoire souligne l’importance pour toute l’Eglise d’écouter les peuples indigènes et les communautés humaines qui vivent dans l’Amazonie.  l’Eglise veut savoir comment les peuples indigènes imaginent un “avenir tranquille” e un “vivre bien” pour les générations futures.  Comment peut-ont collaborer pour la construction d’un monde capable de rompre avec les structures qui sacrifient la vie? comment se libérer de mentalité de colonisation pour construire des réseaux de solidarité et d’inter-culturalité?  Il s’agit donc de trouver des chemins nouveaux pour l’évangélisation et pour modeler ume Eglise au visage amazonien. L’inculturation de l’Evangile dans toutes ses dimensions est un enjeux majeur de ce synode.  D’où le thème, “Des nouveaux chemins pour l’Eglise et pour une Ecologie Intégrale”. 

Le logo du synode est une feuille qui symbolise la biodiversité présente en Amazonie.  La feuille est en mouvement. C’est le feu, la flamme, l’action de l’Esprit qui agit en ce moment dans l’histoire de l’Eglise et en Amazonie.  La feuille est en forme d’un panier indigène qui rappelle la culture, la force, le travail et le sens d’unité des populations traditionnelles indigènes. Les couleurs du logo sont celles que apparaissent dans les drapeaux des pays de l’ Amazonie pour symboliser l’unité. La couleur verte de l’autre côté de la feuille est la nature, la biodiversité.  O centro du logo il y a un fleuve, “La Grande Rivière ou le Fleuve Mère” qui unit toutes les régions de l’Amazonie.  Le fleuve est aussi symbole du “chemin” qui est le thème du synode.  Et finalement la croix rappelle notre identité d’Eglise et de Chrétiens, disciples du Crucificado.

Une prière pour le synode a été composée. L’intention essentielle est celle-ci: “Dieu Père, Fils et Esprit Saint, suscite des disciples missionnaires, qui, par la parole et le témoignage de vie, annonce l’Evangile aux peuples de l’Amazonie, et assurent la défense de la terre, des forêts et des fleuves de la région, contre la destruction, la pollution et la mort.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: