Marie et la prière

« Marie nous apprend à prier ! »

  1. Prier c’est être devant Dieu tel qu’on est : quand l’ange dit à Marie qu’elle va mettre au monde le sauveur, Marie réplique : « comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? » (lc 1, 34). Marie se présente devant Dieu comme une jeune fille fiancée, vierge. Présentons-nous devant Dieu tel que nous sommes, avec nos questions, nos doutes. Ne prétendons pas être des anges, des êtres spéciaux, extraordinaires. Devant Dieu il faut être sincère.
  2. On prie avec le cœur. « À cette parole (de l’ange) elle (Marie) fut toute troublée… » (lc 1, 29). Marie est touchée au fond de son cœur par la présence de Dieu. Marie est capable de sentir la présence de Dieu car elle a un cœur sensible et elle est attentive. Souvenons-nous du reproche de Jésus citant Isaïe 29, 13 : « ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est loin de moi » ( Mt 15, 8-9). Pour prier il faut avoir un cœur sensible, capable de s’émouvoir. Il faut être attentif. On parle à Dieu avec son cœur car il s’agit de notre vie, notre bonheur.
  3. Prier c’est dialoguer avec Dieu. C’est l’écouter et lui répondre. Dieu prend l’initiative de nous aimer, de nous parler, de communiquer avec nous et nous sommes appelés à lui répondre. Elle parle simplement avec Dieu. Elle veut comprendre : « comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? » (lc 1, 34). Prier c’est parler simplement à Dieu, lui poser des questions, lui exprimer des doutes, des colères, des souffrances. C’est avoir une conversation fraternelle avec celui qu’on aime, Dieu.
  4. Prier c’est comprendre ce que Dieu veut. C’est entrer dans le projet de Dieu. L’ange annonce à Marie que Dieu a décidé que le temps était venu d’envoyer sur la terre le sauveur, le messie. Le temps du bonheur de Dieu est arrivé. Dieu veut sauver le monde. Marie est heureuse que ce moment soit arrivé. Et elle croit vraiment que Dieu peut le faire. Ce n’est pas une vaine espérance : « car rien n’est impossible à Dieu » (lc 1, 37). Elle y croit fermement. Ce que Dieu veut devient ce qu’elle désire avec ardeur. C’est seulement lorsqu’elle a compris cela qu’elle peut dire : « je suis la servant du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! » (lc 1, 38).
  5. Dans la prière on s’abandonne dans les bras de Dieu. « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! » (lc 1, 38). On accepte d’être un instrument de Dieu pour qu’il donne le bonheur aux gens. Dieu nous pousse toujours vers les autres. Marie ne pense plus à elle-même, à son fiancé, aux beaux projets qu’ils ont fait… La volonté de Dieu est tellement belle, tellement importante, qu’elle ne veut que ça. La prière conduit à une grande confiance en Dieu et nous savons qu’il va réaliser son projet de nous sauver et de sauver le monde.
  6. La prière conduit à la vie avec les autres, avec enthousiasme. Marie ne s’enferme pas dans une grotte, en prière jusqu’à ce qu’elle accouche. Elle vit avec Joseph. Elle « se rendit en hâte » (lc 1, 39) avec grand enthousiasme chez Elizabeth, sa cousine. Et « elle demeura avec elle environ 3 mois, puis elle s’en retourna chez elle. » (Lc 1, 56). Marie est rempli de l’Esprit saint. Cet Esprit ne la conduit pas au désert mais vers les gens pour leur donner la vie de Dieu, pour partager la vie, l’esprit de Dieu qu’elle a reçu.
  7. Prier c’est savoir dire merci. C’est rendre grâce à Dieu, « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur… » (Lc 1, 46-47). C’est un merci qui sort du fond du cœur. Pourquoi rendre grâce à Dieu ? Il faut d’abord reconnaître que quelqu’un m’a fait du bien, il m’a donné la vie, la joie, le bonheur. Marie dit : « parce qu’il a jeté les yeux sur l’abaissement de sa servante… » (Lc 1, 48) Dieu aime quelqu’un de pauvre comme moi. Je compte à ses yeux. Ça vaut plus que recevoir un million de dollars. J’ai de la valeur ! L’action de grâce jaillit d’un cœur qui se sent aimé.
  8. Enfin prier c’est garder les traces de Dieu dans son cœur. « Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son cœur » (Lc 2, 51). Elle gardait tous les événements qu’elle vivait dans son cœur. Elle remplissait son cœur des bénédictions de Dieu. Elle offrait ses tensions et ses souffrances à Dieu. Les vrais disciples sont ceux là qui se souviennent de l’amour du Christ. On est capable d’aimer lorsqu’on se sent beaucoup aimé : « voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés. » Jn 15, 12.

Merci Marie de nous apprendre à prier. Prie pour nous afin que nous aimions Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre pouvoir.

%d bloggers like this: