Missionnaires d’Afrique

Notre Vocation Missionnaire

Dieu notre Sauveur veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il n’y a qu’un seul Dieu, qu’un seul médiateur aussi entre Dieu et les hommes, un homme: Christ Jésus, qui s’est donné en rançon pour tous.

1 Timothée 2, 3-61

Fondée en 1868 par le Cardinal Lavigerie, Archevêque d’Alger, notre Société est un Institut Missionnaire de prêtres et de frères vivant en communauté. Son but est d’annoncer l’Évangile aux hommes du monde africain. Du fait de ses origines, la Société a toujours porté une attention particulière aux croyants de l’islam. Elle a adopté le nom de “Société des Missionnaires d’Afrique”.

La Société des Missionnaires d’Afrique est une Société de Vie Apostolique de Droit Pontifical relevant de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples. Elle possède la personnalité juridique publique de Droit ecclésiastique.

Dans certains pays, à cause de son habit traditionnel, la Société est plus connue sous le nom de “Pères Blancs”.

Aujourd’hui encore, c’est parmi les hommes du monde africain que nous réalisons notre vocation et notre projet apostolique : être témoins du Règne de Dieu et partager avec ceux qui l’accueillent la grâce de la Bonne Nouvelle. Tous nos engagements, dans leur diversité, sont orientés vers ce but.

L’annonce de l’Évangile et le service des hommes demandent que nous soyons solidaires des communautés humaines au sein desquelles nous vivons. Ainsi peut s’instaurer, dans un respect et une estime réciproques, le dialogue avec d’autres traditions religieuses et d’autres cultures.

Notre démarche s’inspire de celle du Christ dans son Incarnation : elle témoigne du respect même de Dieu pour la liberté des personnes et pour les cheminements individuels et collectifs. De ce fait, elle est attentive aux richesses culturelles de chaque peuple et s’efforce de les pénétrer de la lumière de l’Évangile.

La communion aux aspirations et aux souffrances des hommes exige de nous une attention aux plus pauvres, un engagement pour la justice et la paix, un souci de la promotion des hommes à une vie plus humaine. Ainsi, tous et chacun seront mieux reconnus dans leur dignité d’enfants de Dieu.

En approuvant officiellement la Société, en nous recommandant d’être fidèles au charisme du Fondateur, l’Église nous fait partager d’une façon particulière sa responsabilité dans l’évangélisation des peuples.

Envoyés par le Pape, tête du corps épiscopal et pasteur de l’Église universelle, nous sommes signes et artisans de la communion entre les Églises. C’est en nous insérant dans les Églises qui nous accueillent, tout en gardant un lien vivant avec nos communautés d’origine, que nous accomplissons concrètement notre mission.

Les situations religieuses que nous rencontrons sont diverses : elles ne cessent d’évoluer. La fidélité à notre inspiration originelle et les obligations qui découlent de nos engagements antérieurs orientent nos choix apostoliques.

Là où l’Église est pratiquement absente, il nous faut inaugurer ou poursuivre le dialogue du Salut : amener chacun à s’interroger plus profondément pour mieux répondre à l’appel de Dieu en Jésus Christ. Quand cela sera possible, l’annonce de l’Évangile visera à fonder des communautés chrétiennes.

Là où l’Église est déjà présente et fait appel à notre service, nous collaborons dans la reconnaissance de son autorité et de sa responsabilité. Nous nous engageons au service des Églises locales avec notre caractère propre : le but est toujours d’aider à préparer l’avenir de communautés vivantes et missionnaires qui aient le souci de l’unité entre les chrétiens et de l’annonce de l’Évangile. C’est ainsi que nous faisons partie des Églises locales auxquelles nous sommes envoyés.

Notre présence dans nos Églises d’origine est, elle aussi, missionnaire, dans la ligne du projet apostolique commun de la Société. Nous les aidons à s’ouvrir aux Églises du monde entier, à prendre mieux conscience des richesses et des besoins des peuples, et à faire face à leurs responsabilités missionnaires.

Bien qu’appartenant à une multitude de communautés, nous formons pourtant, tous ensemble, une seule et grande famille. Remplissant la fonction qui lui est assignée, chacun apporte sa part à l’œuvre commune. Ceux qui souffrent de leur inactivité, du fait de l’âge ou de la maladie, sont pleinement actifs pour la Mission grâce à l’offrande de leur prière et de leur vie, unie à celle du Christ.

%d bloggers like this: